A l’ONU, Macron plaide pour la coopération entre les peuples

Je participe cette semaine à la 73ème Assemblée générale des Nations unies, en tant que Députée membre de l’Assemblée parlementaire de la Méditerranée.

C’est une vraie démocratie planétaire qui se joue ici, dans les enceintes de l’ONU à New York. Il est impressionnant d’assister aux débats des 193 dirigeants qui décident de la marche du monde. Je suis galvanisée de voir prendre corps la solidarité internationale, de sentir l’élan humaniste qui guide nombre des protagonistes.

J’étais la seule représentante du Parlement français, hier, lors de la déclaration d’Emmanuel Macron devant l’Assemblée générale. Notre président s’est fait, au cours des 45 minutes de son allocution vibrante, le chantre du multilatéralisme. Il déclarait ainsi : « Nous vivons une crise profonde de l’ordre international libéral que nous avons connu, parce qu’il a échoué pour partie à réguler ses propres dérives financières, sociales, climatiques, qui n’ont pas trouvé de réponse à la hauteur ». La solution avancée par la France, c’est de contrer la loi du plus fort voulu par Donald Trump et de renforcer le rôle des agences onusiennes comme l’Unesco, le Conseil des droits de l’homme ou la Cour pénale internationale.

Le président français recevra ce soir le titre de « champion de la Terre », du programme des Nations Unies pour l’environnement. Une distinction honorifique, notamment pour avoir mobilisé les citoyens du monde autour son appel en septembre 2017 : « Make our planet great again ».

Dans de tel moment historique, c’est une fierté de représenter notre pays !

« Histoires d’une nation », les récits d’une France venue de partout

« Ce soir, à 21h00, sera diffusé sur France 2 le premier épisode de la série-documentaire « Histoires d’une nation »; Cette œuvre magistrale raconte pourquoi, aujourd’hui, plus d’un quart de la population française trouve ses racines à l’étranger. Ce soir, nous plongerons ensemble dans les récits de l’immigration.

L’exercice de France Télévisions est pionnier: rares sont en effet les reportages qui ont, à l’échelle de la nation, et dans une telle profondeur historique, donné la parole à ces citoyens venus d’ailleurs. Les chapitres de nos manuels scolaires – les « poilus », les « Trente Glorieuses » ou « Mai 68″ – sont revisités à l’aune de témoignages inédits; Ceux des enfants et petits-enfants de l’immigration, qui disent leurs histoires familiales, leurs amours et désamours pour le pays. Ce sont les héritiers du passé colonial, les acteurs d’une ascension sociale inespérée ou tout simplement ces femmes et ces hommes qui vivent l’expérience d’être français d’adoption ».

Retrouvez ma Tribune en intégralité sur le Huffingtonpost : LIEN TRIBUNE

Audition de Véronique Cayla, Présidente d’Arte France

Audition de Véronique Cayla, Présidente d’Arte France

En commission des Affaires culturelles et de l’éducation, j’ai interrogé Mme Véronique Cayla, Présidente d’Arte France, concernant la diffusion de programmes sur le fait religieux et plus particulièrement l’islam.

Nous avons besoin de culot, d’audace, pour transmettre par la culture la possibilité d’une histoire fraternelle commune, d’un apaisement entre les racines chrétiennes de l’Europe et son nouveau visage multiculturel. Ne cédons rien au populisme !

Mme Véronique Cayla,m’a assuré de son soutien et je travaillerai avec elle en ce sens.

Une nouvelle rentrée scolaire à Roquettes !

Une nouvelle rentrée scolaire à Roquettes !

Quelle joie ce déplacement à l’école de Roquettes ! Cet établissement, c’est le phare du village. J’y ai déposé mes enfants tous les jours, de la maternelle au CM2. Souvent en galopant, car nous venions à pied. C’était un moment privilégié, celui des confidences, des rigolades, une façon d’être ensemble au grand air, de se rapprocher avant de se séparer.

Aujourd’hui mes enfants ont vingt ans et je visite cette même école – en tant que Députée cette fois – dans le cadre d’une rentrée scolaire en musique. Je ressens toujours la même admiration pour le corps enseignant, les maitresses et les maîtres, les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM)… Leur engagement, attentif, tenace, bienveillant, n’a pas de prix. Ils sont les « passeurs », ceux qui permettent à nos enfants non seulement de pousser droit mais aussi de fleurir, de s’épanouir. Quelle mission!

En tant que commissaire « aux affaires culturelles et de l’éducation » à l’Assemblée nationale, j’ai parcouru cette semaine ma circonscription pour visiter des établissements scolaires (classes maternelles et primaires ; Centre de Loisirs Associé à l’Ecole (CLAE) – à Ramonville, Empalot, Eaunes, Saubens, Pouvourvile… Je souhaitais m’imprégner de la mise en œuvre de l’ambitieuse réforme de l’éducation qui vise à bâtir « l’Ecole de la confiance » et à offrir à chaque élève les moyens de sa réussite. Parmi les mesures phares : un focus sur la transmission des savoirs élémentaires (lire, écrire, compter, et respecter !), le dédoublementcette année de 4700 classes supplémentaires au sein du réseau d’éducation prioritaire et le meilleur accueil des élèves en situation de handicap.

J’ai ainsi découvert des initiatives formidables tout comme je me suis confrontée aux difficultés humaines, matérielles, éducatives. J’appellerai l’attention du ministère sur les projets quidoivent être accompagnés, soutenus, démultipliés. Je pense, notamment, aux « cafés des parents » – pivot du lien Ecole / Famille -, à l’utilité des outils numériques pour apprendre ou à la réussite des classes mixtes sourds/entendants. La mobilisation de terrain existe sous tantde formes, dans chaque école… Et j’aurai à cœur de la faciliter autant que possible, tandis que notre gouvernement met le paquet sur l’éducation et l’émancipation des jeunes !

http://www.education.gouv.fr/cid133383/ensemble-pour-l-ecole-de-la-confiance-annee-scolaire-2018-2019.html

Rentrée scolaire sourds – entendants

Rentrée scolaire en musique à Ramonville: sourds et entendants

Chanter quand on est sourd et mal entendant, c’est le petit miracle ordinaire à l’école Jean Jaurès de Ramonville. Les enfants de l’école primaire ont fait leur rentrée en musique, comme l’y invite le Ministre de l’Education. Les enfants l’ont « chanté » en langue des signes, de concert avec les enfants entendants. Il est vrai qu’ici, les enseignants sont à la pointe de l’inclusion. De nombreuses matières sont enseignées en commun. Et l’apport entre les enfants sourds et entendants est réciproque. C’est du donnant donnant !
Ils partagent l’école, le lieu le plus naturel pour un enfant et il n’y a finalement que des enfants heureux de jouer ensemble. Les enfants entendants apprennent le langage des signes pour communiquer, et je suis persuadée qu’il n’y pas mieux pour l’épanouissement des enfants quelques soient leurs différences. Eux comprennent dés la prime enfance, tous les atouts que peut leur apporter la différence !
J’avais d’ailleurs assisté à la projection du film « le rêve inattendu » réalisé par les enfants au cinéma à l’Autan de Ramonville. En lien avec Pauline Ramis de Grottes et Archéologies et Lionel Isman de l’association des Jeunes Cinéastes Amateurs (AJCA), 36 élèves de CE2, sourds et entendants se sont retrouvés devant et derrière la caméra. Un film où des enfants du paléolithique et de l’époque contemporaine se rencontrent, et qui a reçu de nombreux prix. (« le rêve inattendu » https://www.youtube.com/watch?v=oFu0xYEay-E)
L’école Jean-Jaurès est exemplaire, et sa réputation dépasse largement nos frontières. Elle est d’ailleurs victime de son succès, contrainte de refuser des candidatures. Sans doute que l’enjeu vu la réussite de cette école est la généralisation de cette méthode d’enseignement.
Merci à son directeur Stéphane Aiello, à Marie-Paule Kellerhalls coordinatrice LSF/Français, et à leur équipe pour leur travail.

Dédoublement des classes de CP en REP+

Dédoublement des classes de CP en REP+

« Moi j’ai un fils en CP et un autre en CE1. Celui qui est en CP corrige les fautes de celui qui est en CE1 ». De la bouche de cette mère enthousiaste et membre de l’association Lien Horizon Danse, le CP dédoublé fait merveille. Son quartier de Bellefontaine l’a expérimenté l’an dernier, et les résultats sont bluffants. Apprendre à lire à 12 plutôt qu’à 24, quelle aubaine !
Alors oui, certaines classes se retrouvent plus démunies car le ministère de l’éducation a dû agir vite pour que la mesure ne soit pas décalée d’un an et montrer qu’il n’y a pas de fatalité en matière éducative, mais loin des débats stériles, les femmes et mères membres de l’association Lien Horizon Danse font, déjà en mars 2018, un diagnostic positif du dédoublement des classes de CP en REP+.
Durant cette année 2017/2018, malgré l’urgence, 2 200 classes de CP ont été dédoublées dans le réseau d’éducation prioritaire. Si certaines écoles n’ont pu, faute de locaux, mettre en oeuvre la réforme, 90% des enseignants constatent une amélioration du climat dans la classe et 70% considèrent que les acquisitions des compétences sont plus rapides. Bernadette Yepe, présidente de l’association, et ses collègues font également ce constat. Dès la fin du deuxième trimestre, la grande majorité des élèves de CP savent lire alors que certains élèves de CE1 ont toujours des difficultés.
Pour cette rentrée 2018/2019, 5 400 classes seront concernées par cette mesure qui sera étendue aux classes de CP en REP et à une partie des classes de CE1. Un premier bilan est prévu pour janvier, mais pour cette association qui fait du soutien scolaire, les progrès sont réels, visibles et moteurs pour tout le quartier.

Pin It on Pinterest