Audition sur l’égalité des chances et l’insertion des jeunes

Les jeunes des quartiers qui font des études se heurtent à des barrières liées à leurs origines dès qu’ils recherchent leur premier emploi.

Nombre d’entre eux se retrouvent condamnés à s’orienter vers un job « alimentaire », comme si leurs diplômes ne valaient rien.

Nous auditionnons ce matin 3 associations nationales qui ne s’y résignent pas et innovent pour redonner du souffle à l’égalité des chances, en matière d’éducation, d’orientation et d’insertion.

Apprentis d’Auteuil : https://www.apprentis-auteuil.org/

Nos Quartiers ont du Talent : https://www.nqt.fr/

Article 1 : https://article-1.eu/

J’invite mes collègues Députés à se saisir de leurs initiatives et favoriser leur déploiement à une plus grande échelle.

Commémoration du centenaire de la Première Guerre Mondiale 

Commémoration du centenaire de la Première Guerre Mondiale 

Il y a 100 ans, jour pour jour, le 11 novembre 1918, prenait fin la première guerre mondiale.

Ils avaient dit « plus jamais ça ». Ils avaient voulu que ce fût la dernière des guerres.

Plus jamais ça pour 65 millions d’hommes mobilisés. 8 millions et demi de morts. 21 millions de blessés, 4 millions de veuves, 8 millions d’orphelins. Voilà ce que fut le bilan de cette guerre.

Nous devons tirer de ce qui s’est passé pendant ces quatre années terribles une leçon pour la conscience humaine. Car cette guerre ne fit pas seulement peser une menace sur la vie et le bonheur de millions d’hommes, de femmes et d’enfants. Elle fut la première qui menaça à ce point l’idée même d’humanité.

Il y eu la douleur infinie de chaque victime, celle de l’enfant derrière le cercueil de son père, celle du père, de la mère auxquels on annonce la mort de leur fils, la douleur de l’épouse qui reçoit la dernière lettre de son mari après qu’il a été tué.

Derrière chaque deuil, dans le cœur et dans l’âme de chaque veuve et de chaque orphelin, il y avait une souffrance qui ne s’est jamais éteinte.

Ces blessures, ces souffrances, nous ne devons en oublier aucune.

La « der des der » ? Malheureusement non ! Comme dans trop de situations ces blessures n’ont pas suffi, et il aura fallu une tragédie encore plus grande que fut la seconde guerre mondiale, pour comprendre et entrainer un sursaut universel.

Mais nous sommes quand même parvenus à repartir même au fond de l’abîme, à repartir de l’avant, à remonter la pente, et à admettre parmi nos amis ceux qui étaient nos ennemis d’autrefois.

La construction de l’Europe, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, l’Organisation des Nations unies, après tant de drames, après tant de folies meurtrières et totalitaires, sont les plus belles traductions de ce sursaut de la conscience.

Mais il faut entretenir le souvenir. Ce qui est d’autant plus important aujourd’hui qu’il n’existe plus de témoins ni d’acteurs directs de ce conflit. Prendre le temps est nécessaire, et redoubler d’effort indispensable pour préserver la paix et étouffer tous les ferments de division : l’indifférence, l’intolérance, le racisme, l’individualisme, et le repli sur soi.

Beaucoup de nos concitoyens sont en perte de repère, il nous faut plus que jamais travailler à l’union de tous pour construire un espace de paix, de prospérité, et de solidarité. 

Rappelons aux jeunes générations que la paix est la seule voie possible pour préserver et faire vivre les valeurs républicaines et démocratiques qui sont au cœur de notre idéal européen.

Vive notre République et ses valeurs de Liberté, d’Egalité, de Fraternité et de Laïcité.

Maudite soit la guerre et que Vive la Paix !

Vive la République, Vive la France, et Vive l’Europe !

Inclusion des élèves en situation de handicap.

Inclusion des élèves en situation de handicap.

François Ruffin , Député France Insoumise, a hier fait un numéro de politique spectacle en accusant ses collègues LREM d’avoir rejeté la Proposition de loi LR sur « l’inclusion des enfants en situation de handicap ».

Comme si ce sujet éminemment sensible nous laissait indifférent. Comme si nous ne souhaitions pas améliorer le quotidien des élèves en situation de handicap et de leurs proches.

Mais derrière les effets d’émotion et de buzz médiatique recherchés, il y a une réalité qui mérite que l’on s’y attarde pour la comprendre.

C’est pourquoi je vous invite, avant de prendre position, à examiner les raisons du rejet de cette Proposition de loi :

1) La première, c’est que les mesures proposées sont déjà inscrites dans notre droit ou alors sont en cours d’implémentation par le Gouvernement ; Nous n’avons pas besoin d’un empilement législatif mais d’une volonté politique forte pour appliquer ce qui est prévu par la Loi handicap de 2005 et le Décret accompagnant de 2009.

2) Cette volonté politique, nous l’avons. Elle est traduite par le plan d’action « Ensemble autour de l’école inclusive » qui doit permettre à chaque élève en situation de handicap d’évoluer en milieu ordinaire grâce à un suivi personnalisé d’ici 2022.

Dans la vidéo ci-dessus, notre Ministre Jean-Michel Blanquer, vous explique pourquoi, article par article, la Proposition de loi est : soit en accord avec l’action du gouvernement, soit déjà satisfaite soit non pertinente. La majorité présidentielle LREM souscrit à cette analyse.

Mission d’information sur l’école dans la société numérique.

Mission d’information sur l’école dans la société numérique.

Dans le cadre de la Mission d’information sur l’école dans la société numérique, j’interroge le Rapporteur sur la prévention des addictions liées à l’usage des réseaux sociaux.

Je souligne aussi l’importance pour toute action de sensibilisation à l’école qu’elle soit réalisée par des jeunes à des jeunes. On est jamais mieux orienté que par ses pairs.

Retrouvez en vidéo ma question et les solutions envisagées par le Rapporteur Bruno Studer.

Enseignement de la laïcité : j’interroge le Ministre !

Enseignement de la laïcité : j’interroge le Ministre !

J’ai interrogé notre Ministre de l’éducation sur l’enseignement de la laïcité et la prévention de la radicalisation à l’école.

C’est un enjeu majeur pour le vivre ensemble, et il existe des associations très actives sur le sujet, comme ENQUÊTE, qui réalise sur le terrain un travail formidable.

Le Ministre est engagé dans cette voie.

Visite scolaire à l’Assemblée nationale !

Mercredi 3 octobre, j’ai eu le plaisir d’accueillir à l’Assemblée nationale une classe de terminale du Centre Spécialisé d’Enseignement Jean Lagarde.

C’est toujours un plaisir de faire découvrir ce haut lieu de la démocratie à des jeunes de ma circonscription.

Lors de cette rencontre, j’ai été attentive au ressenti des élèves sur la question du handicap à l’école.

C’est pourquoi, l’après-midi, j’ai posé la question suivante en commission des affaires culturelles et de l’éducation :

« Ma question concerne le déploiement sur tout le territoire des parcours scolaires mixtes entre élèves en situation de handicap et élèves valides. J’ai accueilli ce matin même dans notre Assemblée une classe de terminale du Centre d’Enseignement Spécialisé Jean Largarde en Haute Garonne ; Les jeunes, en fauteuils roulants, m’ont dit leur volonté de sortir de cette éducation spécialisée, de cet entre-soi causé par le handicap.

Cet espoir est déjà concrétisé pour de nombreux élèves atteint de surdité dans l’académie de Toulouse, qui est l’une des seules en France à proposer à des élèves sourds une scolarisation en milieu ordinaire de la Maternelle au Lycée. Plusieurs établissements de la commune de Ramonville proposent ainsi des parcours adaptés aux jeunes sourds qui étudient aux côtés d’élèves entendants, et suivent le programme classique de l’éducation nationale grâce à la Langue des Signes. J’ai pu me rendre compte du succès de ces classes mixtes à l’école primaire Jean Jaurès, où le handicap n’est plus un frein à l’épanouissement des élèves ; Il devient même une richesse, une leçon de vie et de tolérance pour les élèves sourds et entendants qui se retrouvent ensemble dans la cours de récré.

L’école Jean Jaurès, exemplaire, est malheureusement victime de son succès. Elle croule sous des candidatures venues de toute la France, et n’est pas en capacité d’honorer les trop nombreuses demandes.

A travers ma question, j’appelle donc à une généralisation des parcours scolaires mixtes en milieu ordinaire, par seulement pour les sourds, mais pour tous les handicaps ; Nous avons sous nos yeux, à notre disposition, l’expérience formidable de Ramonville que nous pouvons dupliquer ; Cet enjeu doit s’inscrire dans le cadre du plan gouvernemental qui vise une École de la République pleinement inclusive d’ici 2022 ».

Pin It on Pinterest