[DOCUMENTAIRE] « De la terre à nos papilles »

[DOCUMENTAIRE] « De la terre à nos papilles »

Plaidoyer pour une meilleure considération de l’élevage de montagne, cette micro-série documentaire fait partager la passion viscérale que ces femmes et ces hommes ont pour leurs vaches, leur métier et leur nature, mais montre également les difficultés qu’ils rencontrent au quotidien, notamment en raison des prédateurs, et leurs attentes.

Au départ de la cabane du vacher, située à 2000 mètres d’altitude sur la commune d’Aston, en haute Ariège, j’ai suivi sur plusieurs jours leur transhumance d’avant l’hiver pour rejoindre la plaine et bientôt les étables situées à Monbel dans l’Ariège.

Une députée en transhumance

Une députée en transhumance. Plaidoyer pour un mode d’élevage

Députée proche des Pyrénées, les débats sur les Etats généraux de l’alimentation font pour moi échos aux rencontres que je fais depuis de nombreuses années avec des éleveurs de montagne, dans un cadre à la fois professionnel et personnel, car je possède aussi une grange en altitude.

Forte d’une expérience de réalisatrice de documentaires, il m’est apparu important de porter en image à l’Assemblée nationale mon expérience et le témoignage de plusieurs éleveurs d’Ariège. Avec ma caméra, j’ai suivi le parcours de ces troupeaux qui, en piétinant et en broutant la montagne, dessinent en réalité les paysages époustouflants qui émerveillent tant de randonneurs et qui permettent le maintien de la vie en haute montagne. Le pastoralisme, en tant que mode d’élevage, est également pour chacun la garantie de manger une viande savoureuse et saine, issue de bêtes nourries à l’herbe d’estive et à la réglisse, sans épandage de pesticides, ni glyphosate !

Outil formidable d’entretien des paysages, gage d’alimentation saine et durable, facteur d’attractivité et de développement du tourisme, instrument de prévention des incendies, vecteur de maintien de la dynamique des villages : l’élevage de montagne est un maillon essentiel d’aménagement du territoire, et sa contribution sociale et environnementale est malheureusement trop souvent oubliée.

Plaidoyer pour une meilleure considération de ce mode d’élevage, cette micro-série documentaire fait partager la passion viscérale que ces femmes et ces hommes ont pour leurs vaches, leur métier et leur nature, mais montre également les difficultés qu’ils rencontrent au quotidien, notamment en raison des prédateurs, et leurs attentes.

Au départ de la cabane du vacher, située à 2000 mètres d’altitude sur la commune d’Aston, en haute Ariège, j’ai suivi sur plusieurs jours leur transhumance d’avant l’hiver pour rejoindre la plaine et bientôt les étables situées à Monbel en Ariège.

[TEASER] Transhumance Pyrénéenne

[TEASER] Transhumance Pyrénéenne

Plaidoyer pour une meilleure considération de l’élevage de montagne, cette micro-série documentaire fait partager la passion viscérale que ces femmes et ces hommes ont pour leurs vaches, leur métier et leur nature, mais montre également les difficultés qu’ils rencontrent au quotidien, notamment en raison des prédateurs, et leurs attentes.

Au départ de la cabane du vacher, située à 2000 mètres d’altitude sur la commune d’Aston, en haute Ariège, j’ai suivi sur plusieurs jours leur transhumance d’avant l’hiver pour rejoindre la plaine et bientôt les étables situées à Monbel dans l’Ariège.

Pin It on Pinterest