Visite d’Elisabeth Borne à Toulouse

Visite d’Elisabeth Borne à Toulouse

Nous avons eu le plaisir d’accueillir la ministre des Transports, Elisabeth Borne, l’occasion d’aborder avec elle les dossiers de la mobilité : les assises de la mobilité lancées par le gouvernement, la visite des navettes autonomes EasyMile, et de lancer la 4G dans le métro Toulousain.

Nous avons commencé par la visite des locaux d’EasyMile à l’aéroport Francazal de Cugnaux. Les navettes autonomes qu’ils développent, et dont un exemplaire est testé à Pibrac, représentent l’avenir de la mobilité, notamment pour mieux mailler les territoires.

Ce fut également un moment d’échanges avec les salariés de la startup avec une présentation des enjeux pour le déploiement, et de la réglementation à faire évoluer. Nous avons pu ensuite tester la navette sur le site de Francazal, ce qui s’est avéré très impressionnant.

La 4G dans le métro

Avec un trajet dans le métro Toulousain, la Ministre a pu vérifier d’elle-même l’arrivée de la 4G dans notre métro Toulousain. A la station Jean Jaurès, entourée des différents opérateurs, et du Président de la Métropole Toulousaine, Jean-Luc Moudenc, elle a officiellement lancé la 4G dans le métro.

Avec les Marcheurs

Nous avons clôturé cette journée marathon par une réunion avec les marcheurs de Haute-Garonne pour un moment d’échanges privilégiés. J’ai pu présenter la petite équipe très experte qui a travaillé avec moi sur la question de la mobilité et que je remercie. Ils ont pu ainsi exposer les axes de travail et les enjeux sur l’agglomération toulousaine.

La partie urbaine est plutôt bien desservie par les transports collectifs urbains (les habitants peuvent cependant évoquer des sujets tels que les pistes cyclables, les circulations piétonnes…). Mais certains secteurs subissent le bruit et la pollution de la circulation sur le périphérique. Une forte gêne est vécue sur le réseau routier à l’entrée Sud de Toulouse :

  • Au niveau du centre commercial de Roques
  • A la jonction de l’A64 à péage et de la RN 640, ces deux voies venant toutes deux de Muret
  • De la RN 620 venant d’Auterive
  • A la jonction avec le périphérique toulousain

Plusieurs difficultés ont également été soulignées :

  • Un déséquilibre emploi/habitat : dans le sud de la circonscription il y a peu d’emplois qualifiés, pas d’emplois industriels. La majorité des habitants doivent se déplacer vers l’ouest (AIRBUS et Purpan) et vers l’est (Rangueil avec le CHU et le campus, Labège Innopole) alors qu’il n’y a que la voiture pour y accéder
  • Une saturation des axes routiers aux heures de pointe.
  • Un cadencement TER insuffisant.
  • Une absence de services de transport en dehors des radiales (vers Toulouse)
  • Pistes cyclables peu nombreuses et pas reliées entre elles.
  • Une insuffisance de parkings relais.
  • Une absence d’aires de covoiturage.

A nous tous maintenant de le relever ces défis et de trouver les solutions appropriées !

Pin It on Pinterest