A l’occasion de l’étude en séance de la proposition de loi « protection patrimoniale et promotion des langues régionales » J’ai pris la parole à l’Assemblée Nationale pour rappeler mon attachement à la langue et à la culture occitanes et aux langues et cultures régionales en général

A Bagères-de-Bigorre lors du tour de France, le Président de la République et moi écoutons Se Canto, véritable hymne populaire Occitan, je remercie infiniment les chanteurs, véritables gardiens têtus de leur langue et de leurs traditions régionales

Durant mes trente années de journalisme, j’ai arpenté de long en large notre territoire dans ses moindres recoins, j’ai vu s’étioler, s’effriter, s’effondrer nos villages renaissance, nos  produits gustatifs, nos chants, nos danses, nos paysans, et la colonne vertébrale de tt ça: la langue locale de ces territoires.
Beaucoup la redécouvre aujourd’hui, non pas parce qu’ils ont écouté leurs anciens ,hélas…  mais parce qu’ils sentent qu’il y a la une source vivante qui peut contrebalancer ce  mal être des villes. Mais l’état de notre soit disant « petit « patrimoine est pitoyable. On l’a laissé dépérir.

Or, ce sont des racines que ns cherchons désespérément à recréer, ce sont des ancrages, y compris pour de nombreux jeunes perdus, en manque de famille au sens large, en manque de sens commun, et qui reviennent vers ces territoires à l’abandon.
Et puis ces langues régionales sont une véritable source de joie partagée, régénérante, non négligeable par les temps qui courent. Et qui se partage! nous qui cherchons tant à recréer des liens sociaux.

L’Occitan est considéré par l’UNESCO comme une langue minoritaire en danger de disparition alors que le nombre de jeunes artistes parlant l’occitan augmente. Les jeunes s’emparent de l’occitan pour refaire vivre cette langue et l’héritage local. Par exemple, le groupe San Salvador est composé de 6 jeunes qui viennent de Tulle en Corrèze et qui chantent en occitan. Ils réinventent les chansons traditionnelles a l’aune de la modernité. Ils veulent refaire vivre la culture de leurs ancêtres. Il y a aussi le duo féminin COCANHA, qui chante en Occitan, et le rappeur occitan Rodin Kaufman. Ils réveillent la richesse endormie de ces territoires.

Après l’adoption du texte avec d’autres députés d’Occitanie nous avons chanté Se Canto devant l’hémicycle

Certains visionnaires ont consacré leur vie à collecter ce trésor national: chants, expressions, tournures, non dits, musique, danse…Le jour ou quelqu’un, un media par exemple,  s’y intéressera, ce sera jubilatoire pour nous tous.

Aujourd’hui est un grand jour pour les amoureux et défenseurs de ces langues si fragiles, pour tous leurs pratiquants dans nos territoires . Elles en peuvent pas avoir d’avenir sans une réelle volonté politique. Et journalistique: en les tenant bien à l’écart des médias nationaux depuis l’ORTF ou en les maintenant dans des petites niches, il était impossible pour elles de rivaliser avec ces nouveaux modèles dominants, le français et l’anglais.

D’ailleurs un jour le français lui aussi disparaitra de la même manière dans le monde, écrasé par l’anglais. On peut entendre qu’il y ait eu une stratégie d’unité, mais elle a été tellement destructrice. Le modèle français est l’un des plus radicaux. L’Etat a donc une part de responsabilité énorme dans la situation précaire actuelle de ces langues. D’où cette nécessite de faire un effort symbolique, en rendant équitable la valorisation de ces langues dans tous les territoires, en affirmant une volonté de valoriser ces richesses culturelles.

Cette loi dans, dans sa version issue du Senat, est juste. Avec le forfait scolaire, elle permet aux écoles associatives de pallier le manque d’écoles bilingues publiques. Tout citoyen français doit pouvoir accéder dans son éducation à ce patrimoine immatériel de plus en plus précieux dans cette humanité mondialisée.

 

 

Mon intervention en vidéo

Pin It on Pinterest