Plan étudiants

Les défaillances connues de la plateforme APB durant l’été 2017 ont révélé l’urgence pour le Gouvernement d’agir sur des problèmes existant depuis des années et qui ont atteint leurs limites. Orientation inadaptée, tirage au sort, bacheliers sans affectations, complexité de l’administration et taux d’échec en première année de 60% sont des obstacles bien connus des étudiants et des futurs étudiants. Le Président de la République a affirmé sa volonté de faire de l’enseignement supérieur une réussite pour chacun et c’est pourquoi il s’est attaqué dès la rentrée à la réforme de cette plateforme d’orientation.

En collaboration avec Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, et d’autres acteurs de l’enseignement supérieur et de l’enseignement scolaire, Frédérique Vidal a engagé, en juillet 2017, une concertation portant sur l’accueil et la réussite des étudiants. Suite aux conclusions rendues par les 11 groupes de travail, le gouvernement a lancé le 30 octobre 2017 le Plan étudiant qui a donné lieu, en décembre 2017, à l’examen par le Parlement du projet de loi « orientation et réussite des étudiants ».

Lors de cet examen, j’ai pu interpeler la Ministre de l’enseignement supérieur sur l’accompagnement administratif des élèves à qui aucune proposition d’inscription n’aura été faite dans le cadre de leurs vœux. Pour moi, il est important que chaque élève puisse disposer du même niveau d’information. En ce sens, j’ai déposé un amendement proposant de renforcer l’information et de donner la possibilité aux étudiants de faire valoir les connaissances, compétences et aptitudes qu’ils ont acquis dans un cadre extra-scolaire. La valorisation de l’engagement des étudiants et l’exhaustivité des informations qui leur sont fournies sont dans ce sens un facteur de mixité sociale et un engagement fort pour les élèves et les familles qui ne sont pas des spécialistes de l’orientation.

Le Plan étudiant permettra à de nombreux lycéens d’avoir un meilleur accompagnement dans le choix de leur orientation. Cela passe par la présence d’un deuxième professeur principal pour les classes de terminale, par le choix de supprimer le principe de tirage au sort sans pour autant introduire le principe de sélection et par la création de Parcours Sup, une nouvelle plateforme d’orientation plus simple et plus transparente. Pour les étudiants, ce Plan permettra la création de 60 000 nouveaux logements étudiants d’ici 2022 et un gain de pouvoir d’achat réalisé par la suppression du régime de sécurité sociale étudiant, devenu complexe et défaillant. Les étudiants basculeront dès la rentrée 2019 vers le régime général et verront leurs démarches administratives simplifiées. Leur cotisation de 217 euros sera remplacée par une contribution unique de 90 euros, moins coûteuse et égalitaire.

Pin It on Pinterest